D'où venons-nous ?

Un petit historique...



Un petit historique d'une aventure qui a commencé en 1974 par la création d'une revue culturelle du nom de LA RAMPE. Une joyeuse équipe neuchâteloise qui se retrouvait fort souvent autour d'une solide table d'une grande brasserie de la ville. Des photographes, des employés d'édition, un ingénieur et même un assistant social ont mis leur enthousiasme à la rédaction et la création de ce journal qui avait pour but de faire participer les autres. De cette relativement courte expérience est toutefois né un très beau recueil de nouvelles d'un jeune (alors) auteur parisien, Dominique BLATTLIN : "La Peau de Garou" et autres contes fantastiques.  Ce garou avait l'avantage de ne point chanter et de nous conduire vers les chemins de la création. Restaient alors quatre courageux responsables (mais l'étaient-ils vraiment ?) qui avaient pour nom : Anne-Marie Bonjour, Roger Blatter, Pierre-René Beljean et moi-même, Marc Yvain.

Vous pouvez toujours commander ce recueil de nouvelles fantastiques : "La Peau de Garou"


Aujourd'hui, en 2004, "La Peau de Garou" a été édité en 1976, je me retrouve un brin solitaire pour refaire un univers éditorial. Anne-Marie nous a quitté pour toujours, Roger vit au Brésil. Il me reste donc à saluer la participation amicale de Pierre-René Beljean et à le remercier mille fois pour son assistance technique et sa disponibilité !




Le conducteur que vous ne verrez pas dans la photo réunissant Roger, Dominique et Anne-Marie: Pierre-René Beljean. A l'époque des Editions de La Rampe; c'est-à-dire hier!

Et qui se trouve en photo et interviewé à propos du "P'tit train" de Valangin dans le numéro 32 du 6 août 2009 de l'Hebdo.




Le même, en conducteur de train pour les enfants, à Valangin (Neuchâtel) le dimanche 5 mai 2013.

Pour en finir avec le petit historique, je me permettrai encore de vous citer mon premier roman "L'enfant et la chiromancienne" paru en son temps à La Pensée Universelle, à Paris. Aujourd'hui épuisé. Couverture sur l'illustration de droite.
En revanche, je termine actuellement la composition d'un futur recueil de poèmes, de textes de chansons et d'une ou deux nouvelles "Il m'arrive de rêver". A paraître, je l'espère, dans les mois à venir.
J'espère avoir prochainement l'occasion de donner des nouvelles sur la publication de cet ouvrage. Ceci, bien entendu, dans la rubrique "éditeur-auteur", il y a une indiscutable parentée entre les deux et les exemples ne manquent pas! A ce propos, il reste encore quelques exemplaires de l'ouvrage de Dominique Blattlin "La Peau de Garou"


Une photo de l'époque de la sortie de "la Peau de Garou". Avec Roger-Daniel Blatter, Dominique Blattlin et Anne-Marie Bonjour. Pierre-René Beljean est au volant!

Roger est revenu s'établir en Suisse à la fin de l'année 2009, à Montreux, après beaucoup d'années passées au Brésil... Bienvenue mon grand !



Permettez-moi d'ajouter, en ce début de janvier 2007, la photo d'une immense amie, artiste-peintre, Suzanne Pellaton-Bertholet.

Suzanne Pellaton-Bertholet a toujours été l'amie de tous et toutes et a participé aux Editions de La Rampe, en son temps. Même si elle n'est plus là aujourd'hui, je suis ravi de vous la présenter lors d'une balade particulièrement inoubliable au Bois des Lattes des Ponts-de-Martel, dans le Canton de Neuchâtel!

C'était une artiste-peintre magnifique de talent, ayant donné ses lettres de noblesse à la Vallée des Ponts... et, beaucoup plus tard, à l'Islande!

Suzanne, je t'aime toujours autant qu'en Ardèche!

____________________________________________________




Une belle photo de mes années "radio" tirée d'un tournage de l'ami Jean-Louis Roy, pour la Télévision Suisse Romande : "Temps Présent", en 1988.



Pierre-René Beljean (le grand) et Marc Yvain (le petit)

Soirée du 9 février 2008 avec Béa Tristan.

... et puis arriva à nouveau ladite Béa Tristan. Certainement une des très grandes de la chanson française! ... que j'aime tant. http:www.beatristan.com/

__________________________________________________

"Voyager à l'insu de l'espace du temps. Partir loin, très loin de sa petite vie, triste ou gaie, de tous les jours sans pour autant vivre dans le domaine du rêve et débarquer dans un petit matin de soleil sur un petit lopin de terre sans avoir la moindre idée du lieu où l'on peut bien se trouver. Irréalité, Bretagne, démence, Ardèche ? Un coin sauvage, respirant la liberté où l'on entame le plus naturellement, le plus librement du monde le dialogue avec les animaux, grands ou petits.
Lui, il est arrivé à dire à une fourmi qu'il se trouvait beau, qu'il était fier de son corps et que, par conséquent, ce n'est pas ce qui le gênait le plus dans la vie. La bête minuscule avait répondu à l'homme géant qu'il était dans le juste à ce niveau mais que, dans le contexte de sa théorie première, il devait penser tout de même à ce que représentait pour lui l'absolu. Lui, il a dû reconnaître qu'elle avait mille fois raison."

Marc YVAIN
Extrait de "LUI", nouvelle dans "Il m'arrive de rêver".

                      ______________________________________




J'allais oublier mon plus que père...

Numa Schulé, alias Titi, disparu alors que j'étais adolescent.












                                          *   *   *   *   *   *   *  *   *






Un autre "plus que père", le merveilleux
et très regretté Pierre Jaquillard, sinologue distingué et ayant oeuvré dans la carrière. J'ai eu le bonheur de le recevoir si souvent chez moi, à la rue des Beaux-Arts 17 à Neuchâtel.
Frère du célèbre musicien Bob Jaquillard et oncle du philosophe, Claude Jaquillard.
C'est à Pierre Jaquillard que je dois la superbe affiche du "Testament d'Orphée" de Cocteau reproduite sur la page d'accueil de mon site !





Madame Cécilia Durieux-Jaquillard, tarologue à Genève, a eu la grande gentillesse de m'adresser un exemplaire d'un ouvrage de Pierre Jaquillard  -qui était son oncle et son parrain-  édité par les merveilleuses Editions Ides et Calendes à Neuchâtel en 1974 : "Matière et présence"  Remarques sur quelques jades archaïques de Chine.



Puisque l'on m'a posé la question...



Yvain secourant la damoiselle.

Enluminure tirée d'une version de Lancelot du Lac du XVe siècle.

A propos de l'enluminure ci-dessus et des origines du prénom d'Yvain :

A part le célébrissime Maurice Yvain, dont j'aurais bien voulu toucher les droits d'auteur pour "Mon Homme", chanson connue dans le monde entier, voici un petit texte tiré de l'oeuvre de Chrétien de Troyes (XIIème siècle) et paru aux Editions Honoré Champion, Paris, dans la colection "traductions" consacré au chevalier le moins connu de ceux de la Table Ronde du Roi Arthur : à savoir YVAIN, le chevalier au Lion.
Je ne ressemble pas entièrement à  ce personnage, mais je suis fier de porter son prénom!


A ce propos, je viens de recevoir un très beau couriel de mon ami écrivain Marc IVAIN-DEBOUCHAUD. Ce chercheur des traces des familles Ivain et Yvain possède un superbe site que je vous encourage à visiter, pour le bonheur de l'esprit de recherche.
Il est de parentée avec le grand Maurice YVAIN, le compositeur de "Mon Homme" de "Cache ton Piano" et de "L'hilarité céleste", entre autres sucès de la chanson française. Le site s'intitulait : IVAIN-YVAIN et malheureusement il n'existe plus pour des raisons juridiques. Vous pouvez toutefois retrouver Marc IVAIN-DEBOUCHAUD sur son magnifique site consacré à la Côte d'Or !





Le blason des familles IVAIN ET YVAIN










MAURICE YVAIN

Paris, 1891-Suresnes, 1965. Compositeur magnifique. Etudes au Conservatoire de Paris. Introduit au Cabaret des Quat'z-arts par Gabriel Montoya.
Entre 1920 et 1925, il ne composera pas moins de 20 opérettes : Ta bouche - Pas sur la bouche - Là-haut, etc... Chansons écrites en collaboration avec Albert Willemetz, son complice également pour ses opérettes.Chansons les plus connues : "Cach' ton piano", "Mon Homme", 1920 - "Pouet-Pouet", 1929, etc... et "L'hilarité céleste".

Maurice YVAIN a publié un recueil de souvenirs en 1962 : "Ma belle opérette".

Référence : "Cent ans de chanson française" chez Points Actuels, Editions du Seuil, 1981, de Chantal Brunschwig, L.-J. Calvet et J.-C. Klein.

Pour en savoir plus : Maurice Yvain