Espace de créativité

ESPACE DE CRÉATIVITÉ



Au début... il y eut ceci...





Ensuite,... il y eut Christiane et Emmanuel Chassot, Jean-Jacques et Marc Yvain.









Première chanson, à Villars-sur-Ollon en 1967.

"L'enfant avait reçu deux balles dans la Tête, qu'il déclamait le Victor. Je l'imagine, notre pouête national, avec sa barbe blanche, le soir, devant un auditoire à sa botte, récitant ses alexandrins plein d'emphase. Ils chiaient pas la honte en ce temps-là. Trémolaient de la glotte, bien mettre en évidence leur génie. Poésie gaufrette ! Seulement elle se vendait. Va fourguer des vers, de nos jours ! T'en proposes à un éditeur, il défèque dans ses brailles séance tenant ! Compte d'auteur, Lamartine, Musset, Vigny !"

SAN-ANTONIO dans "Ceci est bien une pipe" (Editions Fleuve noir)




En écrivant ces lignes (rien à voir avec la citation de M. Frédéric Dard), je ne peux m'empêcher, avec une immodestie que je m'envie, de penser au Facteur Cheval, qui avait gravé à l'entrée de son Palais Idéal d'Hauterive (Drôme) ce petit texte : "Plus opiniâtre que moi se mette à l'oeuvre".

Comme je serais heureux de recevoir par courriel ou par poste, des textes, des poèmes, fruits de votre imaginaire. J'ai écris "par poste" parce que je suis d'une génération où les relations épistolaires étaient importantes, même si internet me redonne l'occasion de reprendre pieds dans ma passion de l'écriture et de l'édition. Au début, les produits de votre imaginaire évoqués plus haut ne seraient pas nécessairement voués à la publication, car j'ai pour envie de de présenter des textes régulièrement dans la page "Galerie Poétique".
Sans parler vraiment de "petites annonces", il me serait aussi agréable d'assumer le travail d'intermédiaire entre des auteurs et des compositeurs, par exemple. Bref, d'intéresser ceux qui ne pensent pas que l'état artistique passe obligatoirement par la solitude absolue, ou un isolement quasi monastique! J'ai publié en cette période de Noël 2004 les premières pages de ce site, dans l'espoir que, dans un avenir proche, la forme et le fond des Editions Marc Yvain prendront, d'une part de l'assurance et, d'autre part, une direction beaucoup plus précise.
Cette précision viendra aussi de vos directives, tant il est vrai que sans les artistes, le spectacle ne peut avoir lieu.
Il est donc temps de passer aux choses sérieuses, moins sérieuses aussi mais plus concrètes pour enfin démarrer ce modeste mais sincère espace sur internet!

(Photos : l'éditeur sur scène avec Mario Bonny & Renaud Sterchi)

















Marc YVAIN sur la scène du Centre Culturel Neuchâtelois.






















Photo :
Renaud Sterchi






Yvain au Grand-Places, Fribourg.





















Seriez-vous des producteurs potentiels ?

Le superbe CD de mon amie Claude Antonini "Mélodies louches" n'est pas encore en distribution... les artistes ont parfois des problèmes financiers dans le monde soyeux de la production de disques.
Alors, si nous mettions sur pieds une souscription de "Mélodies louches"



 peut-être pourrait-elle enfin le faire découvrir aux amateurs de belles chansons. C'est une suggestion et je reste à votre disposition pour tous renseignements au sujet de ce CD! Sa très belle version de "Graine d'ananar" du toujours regretté Léo Ferré, vaut le détour. De plus, il y a sur ce CD de très belles chansons de Claude Antonini !
En revanche, vous pourrez trouvez très prochainement "La Cuvée du Cigalier", CD de Claude Antonini, qui a mis en musique les poèmes de Gaston Couté, sur Disque.ch.

Devenez producteur et manifestez-vous, soit sur mon site, soit sur celui de Claude !






Claude Antonini

"La Cuvée du Cigalier"



Un disque magnifique qui est distribué en France et que vous pouvez trouver même à la FNAC. Pour la Suisse, voir plus haut!







"Dis! Monsieur..."

Mon premier 33t. 30cm. paru en 1986 chez JO PERRIER, Saxon (Valais)
Egalement disponible en CD.

Pour écouter des extraits de mon disque, vous pouvez, dès ce jour, cliquer : "
Dis! Monsieur..."




Jo Perrier a été, à ma connaissance, le seul auteur-compositeur helvétique qui a pu décrocher une place au Grand-Prix Eurovision de la Chanson ! C'était à Madrid en 1969, avec la chanson "Maman" chantée par un jeune garçon de 13 ans : Jean-Jacques.

Mon ami Jo Perrier nous a quitté au début du mois de janvier 2008.


  





DES NOUVELLES DE GÉRARD PROTHAIS :


Je le savais auteur, compositeur et interprète, poète, technicien de génie dans le domaine du son... et un homme ouvert à la créativité et aux autres.

 Depuis que je sais qu'il a eu le bonheur de travailler en studio avec Maria Pacôme, je le jalouse terriblement.


Il a été le premier à souscrire au premier recueil de mes éditions et je ne désespère point de pouvoir publier dans l'avenir quelques-uns de ses textes.

Je vous propose de le retrouver, dans l'article de presse joint, en tant que ...
POTIER
Je vous le disais, il a tous les dons cet homme là!

Gérard Prothais

LES POTERIES DU LUTIN

Soyez curieux, plongez-vous dans ces deux sites.



                                                        Le
                                                   Hareng.

                                             La contradiction
                                              Est à l'humain
                                             Ce que la poule
                                                Est à l'oeuf
                                            Ce que la vague
                                               Est à la mer
                                   Ce que la menthe est à l'eau
                                 Ce que la pelure est à l'oignon
                                              Ce que l'obus
                                            Ce que l'eau bue
                                              Est à l'ivrogne
                                             Ce que l'arête
                                             Est au hareng
                                             Qui lui-même
                                            Est dans la mer
                                            Sous la vague.

                                                 Il rêve
                                        Les yeux exorbités
                                   A sa condition de poisson
                                 Et se dit sous l'onde mobile
                               Qu'il n'aime pas le mois d'avril.

                                        (Gérard Prothais)

                               *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *



         

            L'enchaînement méthodique (mais courtois) et viscéral d'une prolongation perpétuelle menace l'équilibre de deux mondes diamétralement opposés -pourtant, certains jours, Monsieur de La Rochefoucauld me communique son malaise- et risque, dans la conjoncture actuelle de décourager les lents et draconiens chameaux bleus qui piétinent depuis l'éternité les fondations même du doute le plus absolu.

          Des pilastres dorés, sur lesquels je m'adosse, sortent par bouffées des autobus verts dont la lactesence n'échappe pas aux bouches gourmandes postées à gauche et à droite des pyramides, Chéops vient à moi et me sauve (t'as pas une clope ? ... merci !) bien malgré moi d'ailleurs, perdu depuis longtemps dans la quintessence de ceux qui, vraiment, ont tout essayé, opium, lait concentré, de Mahomet à Jésus en passant par Nestlé. La route est longue et l'échelle de Jacob croupit sous les pieds d'un Christ (étrange chuchotement) peint par Delacroix ! Ah ! tristesse, misère humaine engorgée au plus profond des chaussures orthopédiques de Nana Mouskouri... la vie continue pourtant, chaude, imbécile et sensuelle par grand vent, quand me réveillerai-je avec la certitude de ne plus comprendre que le maximum de ce qui est -permissible pour certains- ne peut refouler ces vieilles pensées cybernétiques dont j'asperge généreusement un crâne dégarni juché sur le succès d'une jeunesse de bon aloi !

          Les tours de Babel t'aident à disperser ce qui reste en toi de cartésien, dès lors -par osmose avec les oryctéropes africains- miracle sans cesse renouvelé, tu aspires à des lieux où le mysticisme guyluxien se confronte à plein tube avec la génémystique dalinienne, tendant une fois de plus à sortir nos colyres des réfrigérateurs où croupissent encore -au-delà de toute logique- des pouffiasses thomistes.

          Beati possidentes... car les zoolâtres s'animent dans des stalles vitrifiées en psalmodiant de bien étranges paroles.

          Pourtant, les trains d'aciers jaunis, partis dans de trop pernicieuses utopies nous reviendront un jour... alors !!!



Marc YVAIN

© Editions Marc Yvain, Lausanne (Suisse), 2005.



Il est déjà disponible sur "
Disque.ch", mais permettez-moi de vous présenter un récent CD de l'ami JO PERRIER.
Jo Perrier et ses chanteurs en promenade dans les années 60 à 1997.
Tous les arrangements, tous les instruments ont été réalisés par Jo dans son Studio de Saxon (Valais)
De "Femme femme" à "Laurette" en passant par "New York".
C'est superbe!
En attendant, vous pouvez toujours me le commander. Il est

disponible pour Fr. s. 25.00 + frais de port.
Pour commander :
L'espace d'une commande.

Jo Perrier nous a quitté en janvier 2008.