Galannemarie



Le site des Editions Marc Yvain est dédié à mon amie Anne-Marie Bonjour, amoureuse éternelle de la poésie et de la très bonne chanson française.
Elle s'en est allée en avril 2004 et un recueil de ses textes est disponible sur demande.

Vous trouverez bientôt, sur cette page, de nouveaux poèmes d'Anne-Marie, tant il est vrai que les manuscrits qu'elle a laissés avant de nous quitter, sont importants !

... et pourquoi pas un nouveau recueil ?







Chaque printemps me monte
Comme sève aux arbres
L'envie de faire un enfant
Il me semble que je suis prête
Que ce serait le moment
Que bourgeonne mon ventre.

L'entendre respirer
Le sentir bouger
Et puis un grand saut dans le vide
Un immense trou noir
Il est là
Je le tiens
Je le respire.

Encore un petit d'homme
Qui a vu le jour

Mais c'est long neuf mois
C'est lourd un ventre
Qui prend toute la place

Est-ce que je saurai
Etre une "femme enceinte"
Est-ce que je saurai
Etre une "jeune maman" ?

Toute entière je suis femme
Et n'en veux rien perdre

Mais je resterai stérile
Celui avec qui je dors
A peur de faire un petit d'homme
Et pourtant

Chaque printemps me monte
Comme sève aux arbres
L'envie de faire un enfant.






La tendresse inexprimée
Me pèse lourd sur le coeur
Je serre les dents
Je ne veux pas pleurer
Je ne dis pas ma peine
Je ne montre pas mon chagrin


                                                                        Mais dans ma tête,
                                                                        Je me traîne à genoux
                                                                        Je crie, je hurle,
                                                                        Sous mon masque habituel,
                                                                        Femme forte et sereine,
                                                                        Bien dans sa peau

                                                                        Cette peau qui me fait mal.
                                                                        Je suis comme un collier de perles
                                                                        Oublié dans un tiroir,
                                                                        Je me ternis,
                                                                         Inutilisée, inexistante.

                                                                        Je retrouve la rengaine
                                                                        De mes seize ans
                                                                        "Personne ne m'aimera"

                                                                         Peut-être suis-je la femme
                                                                         D'un seul amour,
                                                                         Mais qu'il soit à venir,
                                                                         Et non passé, enterré.
                                                                        Je veux renaître,
                                                                        Tout recommencer
                                                                         Avoir encore dix-huit ans,
                                                                         Même quinze ans aprés.

                                                                        Qu'il soit éphémère,
                                                                        Amour fou,déraison,
                                                                        Je donnerai en tempête
                                                                        Toutes mes réserves accumulées
                                                                        Pour qu'on m'aime telle que je suis,
                                                                        Ma trentaine entamée,
                                                                        Mes kilos de trop,
                                                                        Mon foutu caractère.

                                                                        J'implore les fées
                                                                        Qu'elles me donnent
                                                                        Ce magicien qui saura me charmer,
                                                                        M'apprivoiser
                                                                        L'espace d'un jour, d'une nuit
                                                                        Seulement, s'il le faut,
                                                                        Ou de toute une vie.

                                                                       Je ne vendrai pas mon âme
                                                                       Je l'offrirai en partage
                                                                       A celui qui partegera la sienne.

______________________________________________________________________









Il me faudrait
Un soleil bien rond
Un soleil de flammes
Un soleil de feu
Pour exprimer ma joie.

Il me faudrait
Mille bougies blanches
Mille et mille bougies
A la clarté si douce
Pour exprimer la tendresse.

Il me faudrait


Encore cent ans de vie
Pour dire merci
Merci à je ne sais quoi
Mais merci pour mon bonheur.

Il me faudrait encore
Encore cent ans de vie
Pour te dire à chaque seconde
Que je t'aime toujours un peu plus.

Il me faudrait
Il me faudrait
Oh, tant de choses
Que la terre entière n'y suffirait pas
Ni le ciel, ni les étoiles.

Alors, je demande à mes yeux
Je demande à mes lèvres
Afin que mon regard
Afin que mes baisers
Le disent pour moi.





Moi, je m'balance...
(Barbara)

Je m'ennuie

Je m'ennuie
Au fil des occupations
Qui devraient meubler
Ma journée

Je m'ennuie
Au fil des bruits et des voix
Qui devraient captiver
Mon oreille

Je m'ennuie
Au fil des pensées
Qui ne cessent de défiler
Dans ma tête

Je m'ennuie
De ton absence interminablement
Rien ne sait plus me distraire
Que te voir

Te voir et t'entendre
Te parler et te toucher
M'assurer de ta présence
O mon amour

Je m'ennuie

________________________________________________________________________



Ces textes sont extraits du premier volume de la collection poétique des Editions Marc Yvain, Lausanne. Ils sont déposés à la Bibliothèque Nationale Suisse et à la Bibliothèque Nationale de Paris et sont donc protégés par les lois du copyright.

© Editions Marc Yvain, Lausanne (Suisse) 2007.

Aller à la page : "L'espace d'une commande" pour commander le premier recueil des Editions Marc Yvain

Retour à la page d'accueil